Les soins de base

 

La vaccination

La vaccination est maintenant adaptée au style de vie de chaque animal. Tout chien et chat sans exception devrait recevoir le vaccin de base et le vaccin contre la rage. Le vaccin de base protège contre les principales maladies respiratoires et digestives. La rage affecte tous les mammifères et se transmet principalement par morsure via la salive. Même un animal qui vit exclusivement à l’intérieur doit recevoir ce vaccin. On ne peut pas éliminer le risque qu’il puisse s’enfuir par une porte entrouverte et entre en contact avec un animal de la faune infecté tel un raton-laveur, une moufette ou une chauve-souris à travers un moustiquaire! Il y a aussi un aspect légal à ce vaccin. Si malheureusement un chien ou un chat mord un humain et qu’il n’est pas vacciné contre la rage ou s’il est mordu par un animal de la faune sans être vacciné, les autorités exigeront peut-être que l’animal reçoive une série de vaccins contre la rage, qu’il soit mis en quarantaine ou même euthanasié. La rage est une zoonose (i.e. une maladie transmissible des animaux aux humains) mortelle dans la presque totalité des cas. Il est de notre responsabilité de protéger les humains via la vaccination de tous les animaux. La ville de Gatineau demande également que vos animaux soient vaccinés contre la rage et les maladies contagieuses.
 

Il y a plusieurs autres vaccins, mais ils ne sont donnés que si l’animal est à risque. Chez les chiens, il est important de considérer la leptospirose, une maladie qui peut être rapidement mortelle, transmissible à l’humain et qui peut même être diagnostiquée chez les chiens qui font leurs besoins à l’intérieur. Il existe également un vaccin contre la toux de chenil et la maladie de Lyme. Chez les chats, un vaccin contre la leucémie féline est important à considérer chez les individus à risque.
 

Il est important de comprendre que lorsqu’on commence à vacciner un animal, certains vaccins doivent être répétés une ou deux fois à un mois d’intervalle selon l’âge de l’animal pour réussir à développer une bonne immunité tandis que d’autres non. Par la suite, des rappels annuels ou aux 3 ans sont nécessaires selon les vaccins.

La vermifugation

Parasites intestinaux:

Les vers intestinaux sont très fréquents. Presque 100 % des chiots et des chatons non traités en sont affectés! La mère les transmet à  sa progéniture par le placenta et le lait. Après la naissance, ils se transmettent lorsque l’animal avale des œufs de parasites de l’environnement, de la viande crue ou mal cuite, des proies infectées ou via des piqûres de puces. Il y a plusieurs sortes de vers et plusieurs sont transmissibles à l’être humain chez lequel ils peuvent occasionner de graves problèmes de santé (ex : cécité, encéphalite, pneumonie, etc.). Les enfants sont plus à risque étant donné leur propension à mettre leurs mains dans leur bouche, de même que les personnes immunocompromises (ex : cancer, VIH/SIDA, transplantation, etc.). Il arrive même qu’un animal en soit porteur sans démontrer de signes cliniques (symptômes), particulièrement chez les adultes. Le programme de vermifugation idéal est sur une base régulière jusqu’à l’âge de 6 mois puis annuellement à tous les mois où la contamination est possible, mais au moins une fois par année. Il est recommandé de procéder à une analyse de selles à la première visite puis à chaque année en même temps que la visite annuelle.

 

Vers du cœur:

 

Le ver du cœur est un parasite transmis par les moustiques. Les vers adultes endommagent progressivement le cœur et les poumons. L’infection peut rester asymptomatique durant une longue période de temps (quelques années) jusqu’à ce que la maladie soit avancée. Le traitement curatif est complexe, onéreux et risqué (l’animal peut en décéder). Il est donc fortement recommandé de prévenir cette maladie. Le sud-ouest du Québec est considéré endémique et plusieurs cas sont rapportés chaque année. Un traitement préventif mensuel est recommandé du 1 er juin au 1 er novembre de chaque année. Les produits préventifs sont aussi efficaces contre plusieurs parasites intestinaux. Un test de dépistage doit être fait minimalement aux 2 ans.

Puces:

 

Les infestations de puces sont fréquentes chez les chiens et les chats. Elles peuvent causer des démangeaisons, des dermatites allergiques et même transmettre des parasites intestinaux et sanguins. Il y a d’excellents produits à administration mensuelle en vente chez les vétérinaires pour les prévenir qui sont efficaces contre de nombreux autres parasites simultanément. Quant aux colliers anti-puces, ils ne servent absolument à rien. Leur rayon d’action est de 2- 3 pouces de chaque côté du collier, mais les puces se tiennent principalement sur le dos et le ventre des animaux.animaux.

Tiques:

Les tiques quant à elles sont de plus en plus fréquentes à cause du réchauffement climatique. Elles peuvent transmettre de nombreuses maladies dont la maladie de Lyme. Elles constituent certainement une menace pour la santé humaine et la santé de nos chiens. Les tiques sont plus actives au printemps et au début de l’été ainsi qu’à la fin de l’été et à l’automne. Il existe de nombreux médicaments ou produits à administration mensuelle efficaces pour traiter les tiques, c’est-à-dire qu’ils tuent les tiques avant qu’elles aient la chance de transmettre des maladies. Les chats sont peu ou pas susceptibles aux maladies transmises par les tiques. Notez toutefois que les chats qui vont à l’extérieur devraient recevoir une prévention contre les tiques afin d’éviter qu’ils ramènent ces dernières dans la maison.

La stérilisation

 

Des milliers d’animaux sont malheureusement euthanasiés chaque année au Québec à cause de la surpopulation animale. Par conséquent, nous vous encourageons fortement à stériliser vos animaux. La castration chez le mâle apporte aussi son lot d’avantages : diminue fortement le risque de marquage urinaire, odeur moins prononcée de l’urine, tempérament moins dominant, diminution du risque de fuites et prévention de plusieurs problèmes médicaux liés à la prostate et aux testicules. L’ovariohystérectomie chez la femelle permet d’éviter plusieurs inconvénients ou de réduire le risque de certaines maladies : saignements lors des chaleurs, portées non désirées, infections de l’utérus (pyométrite) et tumeurs mammaires. Il est à noter que la stérilisation effectuée après la troisième chaleur n’a plus d’influence sur l’incidence des tumeurs mammaires. Une chienne non stérilisée ou stérilisée après la troisième chaleur a une chance sur 4 de développer une tumeur mammaire au cours de sa vie, c’est énorme! L’âge idéal pour stériliser un chat mâle ou femelle est vers 6 mois. On attend aussi l’âge de 6 mois chez les chiens mâles et femelles de petites races. Il arrive fréquemment chez les petites races que les dents de lait tardent à tomber ou ne tombent jamais. On peut alors profiter de l’anesthésie pour les extraire en même temps que la stérilisation. On devrait par contre éviter d’attendre après 7 mois d’âge, car les petites races de chiens peuvent être matures sexuellement dès cet âge. Pour les chiens mâles et femelles de grandes races, l’idéal est d’attendre le plus près de la fin de la croissance et après une chaleur chez la chienne donc vers l’âge de 12 mois et potentiellement 18 mois chez les très grandes races. Il est à noter qu’il faut toutefois attendre un minimum de 2 mois suite à une chaleur avant de procéder afin d’éviter de potentielles complications chirurgicales comme les saignements excessifs et l’induction d’une pseudogestation (grossesse nerveuse). Notez que, par respect pour le bien-être de nos chats, nous sommes heureux de ne plus pratiquer l’onyxectomie (dégriffage) depuis le 1 er janvier 2018.

L’alimentation

 

La comparaison des différentes nourritures devrait idéalement se faire sur la base de la digestibilité. Celle-ci représente la proportion de la nourriture ingérée qui sera digérée et absorbée. Cependant, aucune indication en ce sens n’est disponible pour le consommateur. La digestibilité repose en fait sur la qualité des ingrédients contenus dans la nourriture. On doit donc se fier à la réputation de la compagnie. L’analyse garantie, qui donne le pourcentage des nutriments tels les lipides, les protéines et les glucides, n’a que très peu de valeur pour comparer les différentes nourritures. On pourrait fabriquer une nourriture avec de vieux souliers, de l’huile à chauffage et de vieux pneus et celle-ci contiendrait un pourcentage « x » pour chacun des nutriments! Bien qu’il s’agisse d’un exemple extrême, cette nourriture ne serait aucunement digestible et par conséquent ne subviendrait nullement aux besoins de l’animal. Une nourriture bien composée avec des ingrédients de bonne qualité fournit tous les nutriments, vitamines et minéraux nécessaires. Votre chien aura un pelage soyeux et brillant, un système immunitaire fort et une quantité raisonnable de selles qui seront petites et bien formées. Malheureusement, il y a énormément de fausses publicités sur le marché. Toutes les compagnies clament avoir le meilleur produit. Les nourritures en vente chez les vétérinaires sont habituellement de très haute gamme. Une telle nourriture peut paraître plus chère à l’achat, mais étant plus digestible, la quantité à servir est moindre et le sac devrait durer plus longtemps qu’un sac de format égal d’une qualité moindre. Donc, servir une nourriture de haute qualité ne revient pas nécessairement plus cher mais peut avoir un impact positif immense sur la santé de votre animal. Les chiens et les chats devraient manger un minimum de deux repas par jour. La nourriture devrait être mesurée en grammes à l’aide d’une balance de cuisine car il n’y a rien de plus précis. Si vous avez plus d’un animal à la maison, servez la nourriture de chaque animal dans son propre bol, loin les uns des autres. Il peut même être nécessaire de les nourrir dans des pièces différentes pour assurer que chaque animal n’ait accès qu’à sa nourriture. Il est important de savoir qu’un animal en croissance, un animal adulte et un animal gériatrique ont des besoins nutritionnels très différents, tout comme les animaux malades ou blessés. Ils doivent donc tous avoir chacun leur nourriture spécifique. Sachez que plusieurs problèmes médicaux s traitent avec de la nourriture en conserve. Un chat qui n’a jamais reçu une telle nourriture, particulièrement lorsqu’il était jeune, risque fortement de la refuser. Il faut donc habituer son chat dès son jeune âge à en manger sur une base régulière. Si vous avez un changement de nourriture à faire, assurez-vous de le faire graduellement. Il faut mélanger l’ancienne et la nouvelle en modifiant à la hausse les proportions de cette nouvelle nourriture sur 7 jours. Pour les animaux sensibles aux changements alimentaires, il est mieux de procéder sur 14 jours.

 

Exemple de transition: 

 

  • 75% de l’ancienne nourriture avec 25% de la nouvelle nourriture pour 2-3 jours;

 

  • 50% de chaque nourriture pour 2-3 jours;

 

  • 75% de la nouvelle nourriture avec 25% de l’ancienne nourriture pour 2-3 jours.

 


Si votre animal présente de la diarrhée, des vomissements ou refuse de manger tout au long du processus de transition, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

 

Une diète crue pour nos animaux ? Les adeptes des diètes à base de viande crue proclament plusieurs bénéfices sur la santé. Ils sont convaincus d’avoir raison et d’agir pour le bien de leurs animaux. Cependant, aucune étude démontrant un effet bénéfique à court, moyen ou long terme n’existe actuellement dans la littérature vétérinaire. Le devoir du médecin vétérinaire selon son code de déontologie est de recommander ce qui est étudié et prouvé scientifiquement. Il nous est donc impossible de vous conseiller d’appliquer ces principes alimentaires.

 

La plus grande inquiétude concernant la nourriture crue réside dans son potentiel infectieux et zoonotique, ce que les adeptes omettent de prendre en considération. Les produits crus, en particulier les produits d’origine animale, sont en effet une source potentielle de contamination par des bactéries (ex : Salmonella, E. coli, Campylobacter), des parasites intestinaux et des virus, que ce soit pour les animaux ou les humains vivant avec ces derniers. Les chiots et les chatons ainsi que les animaux ayant un système immunitaire affaibli, les enfants, les personnes âgées et les gens présentant des maladies chroniques (ex : cancer, SIDA, greffés, prise de médication qui affecte le système immunitaire telle la cortisone) sont plus susceptibles. Une attention particulière doit certainement être portée à l’aire d’alimentation, mais il ne faut pas oublier que les selles et la gueule des animaux demeurent des sources potentielles de contamination. Les animaux peuvent présenter des signes cliniques plus ou moins graves d’une infection, mais il y a des animaux qui sont porteurs sains, c’est-à-dire qu’ils sont infectés mais ne présentent aucun signe de maladie.

Les petits extras

 


La santé buccale:

Les chiens et les chats ont aussi besoin de soins dentaires! Environ 95% des chiens adultes ont du tartre, de la gingivite ou des stades plus ou moins avancés de parodontite. Les petites races de chiens sont plus souvent affligées que les grandes races. La parodontite, qui correspond à l’inflammation des tissus au pourtour des dents, est une maladie silencieuse. Elle passe souvent inaperçue jusqu’à ce qu’elle soit avancée. La parodontite engendre de la douleur chronique et conduit lentement vers la perte des dents. De plus, les tissus irrités saignent facilement et permettent l’introduction de bactéries dans la circulation sanguine. La parodontite est considérée irréversible bien qu’elle puisse être contrôlée. Un examen annuel de la dentition fait par un vétérinaire est ainsi très important. Seul un détartrage sous anesthésie permet d’enlever le tartre et de traiter la parodontite. Plusieurs actions peuvent cependant être prises pour en retarder l’apparition. L’idéal est bien sûr de brosser les dents une fois par jour car les études ont prouvé qu’une fréquence de brossage moindre ne sert absolument à rien. La plaque ne prend seulement que 48-72 heures pour se calcifier en tartre. Il est important d’utiliser des dentifrices enzymatiques spécialement conçus pour les animaux. Un jeune animal a de bien meilleures chances de s’habituer au brossage des dents. Commencez tôt!
 
Les nourritures t/d de Hill’s et Dentaire de Royal Canin constituent d’excellents choix afin de maintenir une santé buccale. Ces nourritures nettoient les dents en même temps que l’animal mange. Elles fonctionnent soit par une action mécanique abrasive, soit par addition d’un ingrédient qui retarde la transformation de la plaque en tartre ou les deux. Plusieurs compagnies affirment que leur produit agit contre la plaque et le tartre, mais seules les nourritures portant le sceau « VOHC » ont été prouvées efficaces par une étude scientifique indépendante.
 
Il existe plusieurs autres options secondaires au brossage et la nourriture comme des os de cuir (ex : CET lamelles à mâcher, PVD Dental Chewz), des bâtonnets enzymatiques, des gels, des récompenses avec polyphosphates qui retardent la minéralisation de la plaque en tartre, etc. Il est évident que plus on combine de mesures préventives, meilleurs seront les résultats. N’hésitez pas à demander conseil à notre équipe!
 

La micropuce:

 

Depuis un certain temps déjà, le tatouage des animaux de compagnie a fait place à la micropuce. Cette dernière est un dispositif électronique de la grosseur d’un grain de riz qui est implanté de façon sous-cutanée à l’aide d’une aiguille au niveau du dos de l’animal entre les omoplates. La micropuce est une excellente méthode permanente et sécuritaire d’identifier et d’enregistrer un animal comme étant le vôtre. Chaque animal est identifié par un numéro unique.

 

Les établissements vétérinaires, les services animaliers municipaux, les sociétés de protection animale et les refuges sont équipés de lecteurs de micropuces et ont accès aux registres des animaux identifiés donc aux coordonnées des propriétaires d’animaux perdus, en fuite ou volés. Il est important que les propriétaires gardent à jour leurs coordonnées auprès de leur compagnie de micropuces. Un médaillon est aussi fourni avec la micropuce. Celui-ci, accroché au collier de l’animal, permet à la personne qui le retrouve d’appeler directement la base de données pour que les gens y travaillant contactent directement les propriétaires.
 

Sachez qu’à ce jour, il ne s’agit pas d’un moyen de localiser géographiquement les animaux par satellite. La micropuce peut être implantée à tout âge et chez toutes les races de chiens et de chats. Ceci peut se faire lors d’un examen de santé ou en même temps que la stérilisation, ce qui minimise le léger inconfort lié à l’implantation. Il n’existe aucune contre-indication au micropuçage.

L’assurance pour animaux de compagnie:

Vous êtes probablement déjà très attaché à votre animal. Une assurance permet de préserver la santé de votre animal et de lui offrir les soins dont il a besoin de façon proactive lors d’une maladie ou d’un accident. Une fois assuré et selon le forfait choisi, vous pouvez profiter de la tranquillité d’esprit grâce à la prise en charge des frais liés aux soins vétérinaires prévus ou imprévus.